Logo Codicille

Politique de l’autobiographie. Engagements et subjectivités

Jean-François Hamel, Barbara Havercroft et Julien Lefort-Favreau (dir.)

couverture de l'ouvrage Politique de l’autobiographie. Engagements et subjectivités

Référence complète :

Jean-François Hamel, Barbara Havercroft et Julien Lefort-Favreau (dir.), Politique de l’autobiographie. Engagements et subjectivités, Montréal, Éditions Nota bene (« Contemporanéités »), 2017, https://doi.org/10.34847/nkl.cdadpx02

ISBN : 978-2-89518-588-8

ISBN pdf : 978-2-89518-589-5

Télécharger l’ouvrage (pdf)

Obtenir l’ouvrage (papier)

Politique de l’autobiographie. Engagements et subjectivités


Jean-François Hamel, Barbara Havercroft et Julien Lefort-Favreau (dir.)

Si la critique littéraire des dernières décennies a réaffirmé avec force la fonction politique de la fiction littéraire et réactivé la notion d’engagement à propos du roman, qu’en est-il des récits non fictionnels qui reposent sur le pacte autobiographique ? Cet ouvrage cherche à identifier, à travers l’examen d’une série de textes se situant à la frontière de l’espace privé et de l’espace public, les points de rencontre entre les écritures de soi et des enjeux politiques de la littérature depuis la Seconde Guerre mondiale.

En interrogeant la part politique des pratiques de subjectivation et des technologies de soi à l’œuvre dans les écritures autobiographiques, les auteurs cherchent à aller au-delà des références explicites au bruit et à la fureur de l’histoire contemporaine. Quel rapport à la vie politique entretiennent les textes qui aspirent à la transparence d’un dire vrai, à ce que Michel Foucault appelait « le courage de la vérité » ? En quoi l’écriture autobiographique, par sa fonction testimoniale, rend-elle lisibles les tensions idéologiques constitutives des subjectivités politiques ? Comment le récit de soi contribue-t-il à accroître la puissance d’agir du sujet et sa capacité de résistance aux dispositifs oppressifs du pouvoir ? Faisant la part belle à la littérature française contemporaine, ce collectif montre la diversité de stratégies d’élucidation de soi par lesquelles le sujet de l’écriture parvient à démêler le réseau de déterminations identitaires et s’efforce d’infléchir le tracé du devenir collectif.

Auteurs, autrices

Mathilde Barraband, Yves Baudelle, Bruno Blanckeman, Simon Brousseau, Anne-Renée Caillé, Nicole Caligaris, Éric Chevrette, Laurence Côté-Fournier, Jean-François Hamel, Barbara Havercroft, Élise Hugueny-Léger, Jean-Louis Jeannelle, Audrey Lasserre, Julien Lefort-Favreau, Pascal Michelucci, Joëlle Papillon, Pascal Riendeau, Anne Roche, Françoise Simonet-Tenant et Julie St-Laurent.

Table des matières

  • Jean François Hamel, Barbara Havercroft et Julien Lefort-Favreau, Avant-propos, p. 7

Un genre à l’épreuve du siècle : le sujet en révolutions

  • Jean-Louis Jeannelle, Le « mandat mémorial », p. 23
  • Jean-François Hamel, Le communisme des autres. Amitié et politique dans le cycle autobiographique de Jean-Paul Sartre (1960-1964), p. 41
  • Laurence Côté-Fournier, Les « tenaces velléités révolutionnaires » de Michel Leiris, de la Chine maoïste à Mai 68, p. 59
  • Audrey Lasserre, Le privé est politique. Textes autobiographiques de femmes en mouvement, p. 77
  • Julien Lefort-Favreau, L’impossibilité d’un « je ». Effacement de soi et expérience collective dans l’œuvre de Leslie Kaplan, p. 95
  • Yves Baudelle, Loués soient nos seigneurs de Régis Debray. Une « éducation politique », p. 115

Contemporanéités : héritages critiques et réinventions littéraires

  • Anne Roche, Autobiographie impersonnelle ou roman impliqué ?, p. 139
  • Mathilde Barraband, Pierre Bergounioux, l’autobiographie comme sport de combat, p. 157
  • Anne-Renée Caillé, L’homographie, les déplacements et le politique dans la poésie de Liliane Giraudon, p. 177
  • Françoise Simonet-Tenant, Qu’as-tu fait de tes frères ? de Claude Arnaud. Autobiographie politique et « autoroman de formation », p. 195
  • Pascal Riendeau, Les enfants de maos. Silence, héritage et filiation chez Virginie Linhart, p. 211
  • Eric Chevrette, L’évocation et la politique du maldicible dans Dora Bruder de Patrick Modiano, p. 229
  • Simon Brousseau, La stratégie de l’effacement dans les récits de Jean Hatzfeld, p. 245

D’un genre à l’autre : l’écriture de soi et les rapports de sexe

  • Barbara Havercroft, Autobiographie et agentivité. Répétition et variation au féminin, p. 265
  • Pascal Michelucci, La honte et le témoignage dans l’autobiographie de Pierre Seel, déporté homosexuel, p. 285
  • Élise Hugueny-Léger, Violence, sexualité et construction de soi dans En finir avec Eddy Bellegueule d’Édouard Louis, p. 299
  • Julie St-Laurent, « En sandales et en déséquilibre ». Constitution d’un sujet féminin politique dans Le paradis entre les jambes de Nicole Caligaris, p. 319
  • Joëlle Papillon, « Salut les filles ». Une politique sexuelle basée sur l’expérience, p. 335
  • Bruno Blanckeman, De Jean Genet à Édouard Louis. La gay pride du récit de soi français masculin, p. 357
  • Nicole Caligaris, Contre la littérature bio, p. 375
  • Notices biobibliographiques, p. 387