Logo Codicille

Une culture de transition. À la recherche de codes de substitution au Québec (1934-1965)

Yvan Lamonde et Jonathan Livernois (dir.)

couverture de l'ouvrage Une culture de transition. À la recherche de codes de substitution au Québec (1934-1965)

Référence complète :

Yvan Lamonde et Jonathan Livernois (dir.), Une culture de transition. À la recherche de codes de substitution au Québec (1934-1965), Québec, Codicille éditeur (« Prégnance »), 2018, https://doi.org/10.34847/nkl.ffdfq101

ISBN : 978-2-924446-07-2

ISBN pdf : 978-2-924446-08-9

Télécharger l’ouvrage (pdf)

Obtenir l’ouvrage (papier)

Une culture de transition. À la recherche de codes de substitution au Québec (1934-1965)


Yvan Lamonde et Jonathan Livernois (dir.)

Les discours sur la « mort » présumée de la littérature ont été abondamment commentés dans les études culturelles françaises et nord-américaines. Revêtent-ils, dans le paysage littéraire québécois contemporain, un caractère singulier ?

Les articles réunis dans cet ouvrage interrogent le thème de la prétendue négativité de la littérature québécoise à l’aune de mouvances esthétiques et idéologiques récentes, qu’il s’agisse du retour du politique dans les revues culturelles (Liberté nouvelle mouture, Nouveau Projet, Spirale), de la création d’espaces de réflexion et de création dans les médias socionumériques et de la fondation de nouvelles maisons d’édition et de collections d’essais.

Une observation s’impose : devant l’annonce répétée de l’essoufflement et de la mort de la littérature québécoise, force est de reconnaître que les universitaires invitées et invités refusent d’enterrer celle-ci, et d’aucuns semblent lui préférer l’écriture sans cesse renouvelée de son épitaphe et l’exploration dynamique de ses possibilités critiques et créatrices.

Auteurs, autrices

Julien-Bernard Chabot, François Dumont, Cécile Facal, Andrée-Anne Giguère, Pierre Hébert, Michel Lacroix, Vincent Lambert, Yvan Lamonde, Gilles Lapointe, Jonathan Livernois, Caroline Quesnel, Adrien Rannaud, Lucie Robert et Denis Saint-Jacques.

Table des matières

  • Yvan Lamonde et Jonathan Livernois, Présentation, p. 5
  • Yvan Lamonde, Une palette de nuances et de codes, p. 9
  • Denis Saint-Jacques, Une renaissance catholique, p. 19
  • Andrée-Anne Giguère, Avoir les mains vides à la fin de l’aventure. Robert Charbonneau à l’heure des bilans, p. 29
  • Caroline Quesnel, Avec du vieux, faire du neuf. La perspective théologale de Jean Le Moyne, p. 41
  • Cécile Facal, Valoriser « la plus hésitante réponse ». La subjectivité entre orgueil et humilité chez Robert Élie, p. 51
  • Julien-Bernard Chabot, Saint-Denys Garneau 1950. Les répercussions salutaires de la négativité, p. 67
  • Adrien Rannaud, Quand écrire, c’est vivre. Personnages-écrivains et discours sur la littérature dans quelques romans psychologiques canadiens-français de la décennie 1930, p. 91
  • Michel Lacroix, « C’est toujours à recommencer, l’émancipation. » François Hertel et l’ouverture des marges, p. 111
  • Lucie Robert, Jouer le théâtre de Paul Claudel, p. 125
  • Pierre Hébert, Les critiques littéraires de Louis Dantin. L’appartenance aux lumières comme lecture du monde, p. 139
  • Vincent Lambert, Posséder le monde : de La Relève à Parti pris, p. 153
  • Gilles Lapointe, Claude Gauvreau et l’acte créateur livre ou le pouvoir de transformation du langage, p. 173
  • Jonathan Livernois, Hypothèses sur une pétition de 1958. Portrait de Gaston Miron en intellectuel, p. 187
  • François Dumont, Une critique de l’intérieur. Les premières publications de Jacques Brault (1954-1965), p. 203
  • Yvan Lamonde et Jonathan Livernois, La trame des codes, p. 217
  • Notices biobibliographiques, p. 221